jeudi 26 mai 2016

Le mystère des frères Mouton s’éclaircit

Ce billet fait suite à celui intitulé « Des trouvailles inespérées grâce à mon blog ». Cette année, en effet, grâce à ce blog, j’ai obtenu de nombreuses informations cruciales qui me manquaient. Ces renseignements m’ont permis de combler certains trous dans le vaste puzzle familial virtuellement étalé sur ma table. Je suis très reconnaissante à mes correspondants de m’avoir aidée d’une manière désintéressée à reconstituer une partie de la vie de mes ancêtres émigrés à Key West, aux États-Unis.
Cependant, il reste encore de nombreux points d’ombre. Sur la fin de la vie d’Armand GRANDAY, je ne sais toujours rien. Où est-il mort ? Dans quel pays ? Et en quelle année ? Et puis, qu’est devenu Charles MOUTON Jr. ? Je savais que son père était revenu en France, à Montereau-Fault-Yonne, en 1920, pour faire soigner sa femme Juliette (Julia) qui était malade. Le jeune Charles, âgé de 16 ans, était avec eux. Charles père est décédé à Montereau bien des années plus tard, le 19 octobre 1957, âgé de 83 ans, mais je n’ai pas pu trouver l’acte de décès de sa femme. Quant à Charles Junior, étant né et ayant été à l’école à Key West, il devait être bilingue et peut-être même parlait-il mieux l’anglais que le français. Dans ce cas, il y avait de fortes chances pour qu’il soit reparti aux États-Unis. Mais comment le retrouver ? J’entrais dans la généalogie descendante, plus difficile que la généalogie ascendante car les actes récents ne sont pas disponibles.
J’ai demandé à mon correspondant de Key West, Corey Malcom, le Directeur archéologique de la Société Historique Maritime Mel Fisher, s’il savait ce qu’était devenu Charles MOUTON Jr. Apparemment, il l’ignorait. Il n’a gardé le contact qu’avec les descendants de Louis MOUTON, la famille POMERLEAU, qui sont restés aux États-Unis. J’espère d’ailleurs pouvoir communiquer avec eux bientôt.
Mais il y a quelques jours, j’ai reçu un curieux message sur mon blog. Un certain David m’écrivait qu’ « elle était très émue et surprise » de lire mes recherches sur les familles Granday et Mouton. Il (elle) pouvait me donner plus d’éclairage et de photos. Nous avons échangé notre adresse mail sur messenger et j’ai reçu une très longue lettre de la maman de David, peu experte dans les nouvelles technologies.
J’ai lu lentement et avec avidité cette lettre.
Quelle joie et quelle excitation en découvrant au fil des lignes tout un pan de la vie de cette cousine française inconnue ! Plusieurs morceaux du puzzle venaient s’emboîter exactement dans les espaces vides pour dessiner une histoire familiale rocambolesque.
Mais le plus étonnant, c’était que cette cousine, qui n’a jamais fait de généalogie, ignorait des faits sur sa famille que j’étais, moi, en mesure de lui apporter ! J’allais pouvoir enfin, à mon tour, aider quelqu’un à retrouver ses racines !
Cette cousine, Ghislaine Mouton (épouse Behar), c’est le maillon manquant qui relie le mystère des trois frères (je ne peux pas m’empêcher de repenser à l’album d’Hergé : « Tintin et le secret de la Licorne ». Vous savez ? « Trois frères unys. Trois licornes voguant de conserve au soleil de midy »). Bon. Je m’égare. Ce n’est pas tout à fait la même chose.
Pourtant, eux aussi, ils étaient trois frères, nés à Verneuil-l’Etang (Seine et Marne) :

Marie Nicolas MOUTON
(archives personnelles)

1 - Marie Nicolas MOUTON, dit Léon, mon arrière-grand-père, né le 12 novembre 1870, est le fils de Nicolas Marie MOUTON et d’Hermine Victorine Léonie GRANDAY. Hermine avait un jeune frère, Armand GRANDAY, cuisinier, né le 17 septembre 1833 à Fontenay-Trésigny. C’est lui qui est parti le premier aux Etats-Unis, où il a travaillé comme cuisinier, d’abord à New York, puis à Key West, où il a concocté une délicieuse recette de soupe à la tortue et créé la conserverie pour la mettre en boîte et la vendre. Marie Nicolas MOUTON, mon arrière-grand-père, a épousé Henriette Anna GARNIER. Ils n’ont pas voulu aller à Key West mais mon arrière-grand-mère Anna a entretenu une longue correspondance avec ses beaux-frères Louis et Charles jusqu’en 1913. Ils sont restés toute leur vie en région parisienne, où ils sont morts, lui à Noisy-le-Grand, et elle au Perreux-sur-Marne.

Louis Mouton
(archives familiales)

2 - Louis Marie MOUTON, né le 20 juin 1872, a épousé Georgina VERLOT en 1896 à Fontenay-Trésigny (Seine et Marne). Ils sont partis la même année rejoindre l’oncle Armand GRANDAY à Key West pour l’aider dans la conserverie de soupe à la tortue, où Louis a appris le métier. Ils ont eu une fille, Léona Marie MOUTON le 26 novembre 1896. En 1904, Armand GRANDAY, 71 ans, a vendu sa conserverie à Louis MOUTON, 32 ans, qui est devenu directeur. Mais en 1909, Louis MOUTON est brusquement tombé malade et il est mort à Key West, âgé de 37 ans. Georgina, devenue riche, est restée aux états-Unis, et a marié sa fille avec un Canadien naturalisé américain, Louis POMERLEAU. On trouve leurs tombes dans le cimetière catholique de Key West.

Charles Mouton (père)
permis de travail sur l'eau émis pendant la première guerre mondiale
(photo envoyée par Corey Malcom)

3 - Charles Alexandre MOUTON né le 27 mars 1874, a émigré aux Etats-Unis pour rejoindre son oncle Armand GRANDAY et son frère Louis en 1898. Il a épousé Juliette LADOUET le 30 janvier 1901 à Pontault-Combault (Seine et Marne). Elle l’a rejoint à Key West. Ils ont eu un fils, Charles Junior, né le 21 mai 1904 à Key West. Charles, le père, s’est fait naturaliser américain en 1913, âgé de 39 ans. Il semble donc qu’il avait l’intention de rester aux Etats-Unis. Il a travaillé comme « manager » de la conserverie, qui appartenait maintenant à Norbert Thomson, jusqu’en 1920. Mais sa femme Juliette (Julia) est tombée malade et ils sont rentrés en France pour la faire soigner. Ils ont acheté une maison à Montereau-Fault-Yonne. En 1924, Charles s’est fait enregistrer au consulat américain. Mais ensuite ? Que s’est-il passé ? Que sont-ils devenus ?

Charles Mouton Junior
permis de travail sur l'eau, émis pendant la Première Guerre Mondiale
(photo envoyée par Corey Malcom)

La suite de l’histoire, c’est ma cousine Ghislaine, la fille de Charles MOUTON Jr., qui me la raconte. Finalement, Charles Alexandre MOUTON père n’est pas reparti aux Etats-Unis. Son fils, Charles MOUTON Jr. est resté en France, lui aussi. Il est devenu « chauffeur » (en anglais), c’est-à-dire chauffeur de maître, au Ritz, à Paris. Avec sa belle voiture américaine, il conduisait des personnages importants en Italie, en Espagne, au Luxembourg, en Belgique. Puis il s’est marié avec Andréa VIRIL et ils ont eu quatre enfants, dont Ghislaine, la cousine retrouvée grâce à mon blog sur Internet !

Ghislaine prépare un court séjour aux Etats-Unis (la veinarde !) et tient absolument à passer à Key West pour la troisième fois. Dommage que nous ne soyons pas connues plus tôt ! Je l'aurais volontiers accompagnée là-bas ! D’autant que je parle anglais : nous aurions pu communiquer avec les propriétaires du restaurant le Turtle Kraal et avec Corey Malcom, le Directeur archéologique de la Société Historique Maritime Mel Fisher, spécialiste de la pêche à la tortue à Key West et de son déclin. Mais ce n’est que partie remise : j’espère bien aller à Key West l’an prochain avec Ghislaine et mes cousines Josette et Martine pour une « cousinade ». Un beau projet, n’est-ce pas ? 

1 commentaire:

  1. Décidément, le blog est un précieux instrument pour faire progresser nos recherches et rencontrer des cousines dont nous ignorions jusqu'à l'existence ! Je te souhaite d'autres belles découvertes comme celle-ci.

    RépondreSupprimer